dimanche 22 mai 2016

Mon avis sur "D'après une histoire vraie" de Delphine de Vigan

D'après une histoire vraie, le dernier roman de Delphine de Vigan, a été primé en 2015 par le prix Renaudot et par le Goncourt des lycéens. Est-ce seulement un roman ? Fiction ou autobiographie, telle est la question ? Pour encore mieux nous embrouiller, l'auteure cite Jules Renard, "Dès qu'une vérité dépasse cinq lignes, c'est du roman." La tonalité du livre est donnée.

Delphine est écrivain, quelques mois après la parution de son dernier roman à succès, elle a cessé d'écrire. Pendant presque trois années, elle n'a pas écrit une seule ligne. Pas une seule lettre administrative, pas un carton de remerciement, pas une carte postale, pas une liste de courses, pas un mail. Rien. La simple vue d'un bloc, d'un crayon, d'un clavier lui donnait mal au cœur. Dès qu'elle ouvrait un document word, elle restait immobile, des heures durant, les yeux rivés sur l'écran. Plus tard, ses mains se sont mises à trembler dès qu'elle les approchait du clavier. Elle a refusé toutes les propositions qui lui ont été adressées : articles, nouvelles de l'été, préfaces et autres participations à des ouvrages collectifs. Écrire, elle ne pouvait plus. Écrire, c'était non. La vérité c'est qu'au moment où Delphine s'apprêtait à se remettre à l'écriture, elle a rencontré une femme, L. (elle ?).

L. est rentrée dans la vie de Delphine et l'a bouleversée en profondeur, lentement, sûrement, insidieusement, dangereusement. Aujourd'hui Delphine sait que L. est la seule et unique raison de son impuissance, que les deux années où elles ont été liées ont failli la faire taire à jamais. Delphine de Vigan commence alors la narration de D'après une histoire vraie. Un vrai thriller psychologique. Delphine nous confie comment, fragilisée par l'épuisement de son dernier succès littéraire, la réception de lettres anonymes, le manque d'inspiration, elle est passée peu à peu sous l'emprise suffocante de L.

Magistralement construit et écrit, D'après une histoire vraie nous emporte littéralement dans l'univers de l'écrivain. L'angoisse de la page blanche, celle de ne pas savoir à quel genre d'écrivain appartenir, la peur de ne pas trouver de sujet, de ne pas être à la hauteur. Qu'écrire après un succès couronné par un prix ? Autant de questionnements qui font basculer dans la dépression. Et puis, cette question qui la taraude, la fiction est-elle réellement dépassée ? Le romanesque est-il terminé ? Est-ce que seuls les témoignages, les documentaires comptent parce qu'attendus par les gens au motif qu'ils croient ce qui est écrit. Enfin, le déclic. Et un sujet. Un vrai. Tellement vrai que l'on y croit. Mais où commence la vérité, où finit-elle ?
D'après une histoire vraie est un roman troublant qui brouille nos repères, les frontières entre fiction et réalité. Et si tout était vrai ? Et si tout était faux ? Et si j'avais été manipulée ? Ai-je seulement été à la hauteur ? Ai-je seulement compris ce que Delphine veut nous dire ? Autant vous prévenir, toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé ne serait que pure et fortuite coïncidence. Euh, ou pas.... 
FIN*
Belle lecture !