dimanche 26 mars 2017

Mon avis sur "J'ai toujours cette musique dans la tête" d'Agnès Martin-Lugand

Depuis la parution de son premier roman, "Les gens heureux lisent et boivent du café" Agnès Martin-Lugand est devenue une auteure incontournable. Un véritable phénomène littéraire. Et ses lecteur(rice)s ne manqueraient pour rien au monde un de ses romanesques rendez-vous. Il faut croire que j'en fais partie...

Yanis et Véra ont la petite quarantaine et tout pour être heureux. Ils s'aiment comme au premier jour et sont les parents de trois magnifiques enfants. Seulement voilà, Yanis, talentueux autodidacte dans le bâtiment, vit de plus en plus mal sa collaboration avec Luc, le frère architecte de Véra, qui est aussi pragmatique et prudent que lui est créatif et entreprenant. La rupture est consommée lorsque Luc refuse LE chantier que Yanis attendait. Poussé par sa femme et financé par Tristan, un client providentiel qui ne jure que par lui, Yanis se lance à son compte, enfin. Mais la vie qui semblait devenir un rêve éveillé va soudain prendre une tournure plus sombre. 

Ne l'oublions pas, Agnès Martin-Lugand est psychologue de formation, alors forcément ses personnages sont toujours bien travaillés. On pénètre leur psychologie au gré de notre lecture pour mieux les cerner et très vite s'identifier à ces héros ordinaires. J’ai toujours cette musique dans la tête nous embarque dans la vie de Véra et de Yanis, ce couple qui s'aime comme au premier jour et qui a réussi à fonder une bien jolie famille. Mais cet équilibre familial va être mis à mal lorsque Yanis va goûter à l'indépendance. Peut-on réellement concilier projet professionnel et vie de famille, de surcroît, lorsque la manipulation s'invite au cœur de ce dilemme  ?  Et si l'échec de l'un permettait à l'autre, à un autre, de réussir ? 

J’ai toujours cette musique dans la tête est un récit résolument contemporain, qui fera écho à tous ceux qui veulent se réaliser professionnellement, sans pour autant devoir renoncer à ce qu'ils sont et ce qu'ils ont. Le vouloir est une chose, le pouvoir en est une autre. Parfois, s'aimer comme au premier jour, ne suffit pas à résister à la pression, surtout lorsqu'il faut compter avec la manipulation. J’ai toujours cette musique dans la tête se lit d'une traite, il faut bien reconnaître que sa construction, alternant le point de vue des personnages, y est pour beaucoup.
 
Au final, le cinquième roman d'Agnès Martin-Lugand, bien qu'un peu en-deçà des précédents, est un roman plaisant, complètement addictif. Mais au fait, qui manipule qui ?

Belle lecture !