dimanche 3 janvier 2016

Mon avis sur "Profession du père" de Sorj Chalandon

Pour commencer l'année, quoi de mieux que de lire le dernier Sorj Chalandon. Profession du père est un roman très personnel qui évoque l'enfermement d'une famille dans la folie du père. Un roman bouleversant !

Imaginez dans les années 60 un petit gars de 12 ans asthmatique et passionné de dessin qui découvre que son père est un héros. Et oui, le père d'Émile a été chanteur, footballeur, champion de judo, parachutiste, pasteur d'une église pentecôtiste américaine, agent secret et même conseillé particulier du Général de Gaulle. Émile est à la fois fasciné par son modèle et fier de son idole. De plus, Ted, l'ami américain de son père, est son parrain. Il est agent de la CIA. C'est lui qui a couru derrière la voiture lors de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy et qui a tendu la main à Jackie. Un autre héros. Emile prendra conscience de la singularité de la situation, quand il lui faudra indiquer sur la fiche de renseignements à l'école, la profession de son père.
- Choulans, vous n'avez pas rempli la case "profession du père" ?
Le professeur principal tenait ma feuille en main. Il avait dit ça mollement, sans se douter du coup qu'il portait. Il était ailleurs, le professeur. Bien loin de mon père et de son secret. Il ne se doutait de rien. Profession du père, pour lui, c'était une case vide, un oubli, une étourderie.
...
En septembre, cette année-là, lorsque je suis rentré avec la feuille de renseignements, il était tendu. Profession du père? Ma mère n'avait pas osé remplir le formulaire. Mon père avait grondé.
- Écris la vérité : "Agent secret". Ce sera dit. Et je les emmerde.
Agent secret.
J'ai regardé mon père. Depuis toujours je me demandais ce qui n'allait pas dans notre vie.
Personne ne doit venir chez lui, ni copains, ni collègues de sa mère, même pas ses grands-parents. Et pour cause, son père est agent secret. Il a une mission, mission qu'il va confier à son fiston. Il lui ordonnera d'écrire sur les murs en allant à l'école le nom des généraux putschistes, de distribuer des lettres de menace et même de tuer le Général de Gaulle qui a trahi la France en rendant l'Algérie aux algériens. L'OAS, les missions dangereuses, Émile connaît. Pour son père, il est prêt à tout, même à enrôler un de ses camarades de classe fraîchement rentré d'Algérie. 
André Choulans est certes un père romanesque, mais il est surtout violent et mythomane. Un vrai tyran. Émile essaie d'être ce fils digne de son héros, mais n'y parvient pas. Alors à l'instar de sa mère, il encaisse les coups, accepte de finir enfermé dans l'armoire "maison de correction". Comme ne cesse de lui répéter sa mère, il connaît son père, ça passera...
Le temps passe, Émile grandit. Il finira par quitter ses parents, deviendra père à son tour. La maladie, elle, ne quittera jamais son père. Elle finira par l'emporter. Jusqu'au bout, Émile aimera son père, son héros dément.

Profession du père est un récit intime, bouleversant. Malgré la gravité du sujet, il n'est jamais larmoyant. Sorj Chalandon parvient dès les premières pages à nous embarquer dans la vie d’Émile. Dans sa vie. Profession du père est largement inspiré de l'enfance de l'auteur. Sorj Chalandon aura attendu la mort de son père pour raconter sa folie, sa maladie. Loin du règlement de compte, Profession du père est un témoignage de la folie d'un homme et surtout celui d'un fils qui aura guéri de son enfance. Un roman d'une tendresse et d'une force incroyables. 

Celles et ceux qui admiraient déjà Sorj Chalandon ne pourront que l'admirer davantage.
 
Bonne lecture !