jeudi 6 avril 2017

Mon avis sur "Les oubliés du dimanche" de Valérie Perrin

Valérie Perrin est photographe et scénariste, Les oubliés du dimanche est son premier roman. Un roman choral intergénérationnel où l'humanité n'a pas été oubliée...
 
Justine, vingt et un ans, est orpheline de père et de mère. Elle a été élevée avec Jules, son cousin et presque frère par ses grands-parents à la suite du décès accidentel de leurs parents. Justine aime les personnes âgées, ces oubliés du dimanche. Elle est aide-soignante dans une maison de retraite dans un petit village de Bourgogne à Milly. Justine ne compte pas ses heures. Elle a toujours un petit mot gentil pour chacun des résidents, même pour les plus acariâtres. Elle aime prendre soin de ces corps cabossés, dorloter ces anciens, mais ce qu'elle aime par dessus tout, c'est les écouter égrener leurs souvenirs. Justine s'est prise d'affection pour Hélène, cette vieille dame de presque cinq fois son âge, qui a toujours rêvé d’apprendre à lire. Ces deux femmes se parlent, s'écoutent. Hélène raconte sa vie à Justine, son incapacité à apprendre à lire, sa rencontre avec Lucien son grand amour, puis celle avec Simon avant la Guerre, ses joies, ses souffrances, son interminable attente. Justine consigne tout ce que lui confie Hélène dans un carnet. Un carnet bleu tel un passage de témoin entre générations. Ainsi s'étirait la vie aux Hortensias jusqu’à l'arrivée d'un mystérieux « corbeau » qui viendra troubler cette douce quiétude. Une enquête sera ouverte. Cette enquête conduira Justine aux portes d'un terrible secret.
 
Les oubliés du dimanche est un roman choral où s'entremêle trois histoires différentes, toutes riches en personnages. Celle de Justine, d'Hélène et de la famille de Justine. Valérie Perrin signe un pre­mier roman empreint d'humanité, chargé d’émotions et d'une infinie tendresse. Elle aborde avec jus­tesse la vie en milieu rural loin de l'agitation des villes, la solitude des personnes âgées un peu trop vite oubliées de leurs familles alors même qu'elles ont tant à transmettre. Un joli plaidoyer pour nos anciens.

Quant à la plume de Valérie Perrin, elle est simple, fluide. Les oubliés du dimanche se lit facilement, les narrations des différentes époques s'enchaînent aisément. Un roman choral que je verrai bien adapté au cinéma. Après tout, Valérie Perrin a les contacts pour...

Belle lecture !