vendredi 28 octobre 2016

Mon avis sur "Hier encore, c'était l'été" de Julie de Lestrangue

A force de voir passer des critiques positives, de lire de-ci de-là  qu'il était résolument optimiste, ayant découvert l'aventure de son auteure, d'abord auto-éditée via la plateforme d'Amazon, puis une fois son public rencontré, publié aux Éditions Mazarine, je ne pouvais que me laisser séduire par ce premier roman au titre évocateur, Hier encore c'était l'été

Hier encore c'était l'été pour Alexandre, Marco, Sophie, Anouk et les autres qui se connaissent depuis l’enfance et avant eux leurs parents, leurs grands-parents. Deux chalets de vacances en Savoie auront soudé l'amitié de deux familles et leur descendance. La troisième génération nous embarque au cœur des années 2000. Une décennie à suivre les tribulations de ces adultes en devenir. Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi. Et puis soudain, ils sont happés par le tourbillon de la vie qui les a cueilli sitôt leurs études achevées. C'est à travers la voix d'Alexandre que l'on va suivre leur parcours.  En dépit des embûches, des embrouilles, des départs, subsistent l’amitié, la complicité, les fous-rires, les joies et toujours l’amour.

Hier encore c'était l'été est un roman familial choral intergénérationnel résolument contemporain où enfants, parents et grands-parents cohabitent chacun avec leurs préoccupations, leurs doutes, leurs questionnements. Ce roman résonne tel un écho qui nous parviendrait de nos entrailles. Il nous renvoie à notre histoire, notre relation avec nos ascendants, nos éventuels descendants, nos amis. Il nous parle de notre quotidien, de nos petites victoires, de nos peines. Tendre portrait d'une génération certes un peu privilégiée, Hier encore c’était l’été est un roman touchant, résolument optimiste qui fait du bien. Il redonne espoir à la jeunesse. Même si parfois elle est déboussolée, confrontée à la réalité économique, politique, cette jeunesse est loin d'être désœuvrée, elle est en quête de sens, d'engagements. 

Hier encore c’était l’été se lit comme on déguste un bon cornet glacé, c'est une gourmandise que l'on a envie de laisser fondre sur la langue pour faire durer le plaisir. La plume de l'auteure est fluide, ses dialogues sont frais, ce premier roman est à lire ne serait-ce que pour se rappeler que oui, Hier encore c’était l’été.

Belle lecture !