jeudi 18 août 2016

Mon avis sur "Au revoir là-haut" de Pierre Lemaitre

Au revoir là-haut a remporté le prestigieux Prix Goncourt en 2013, rien de moins ! Ce qui est atypique, c'est que son auteur, Pierre Lemaitre, écrivain et scénariste vient du milieu du polar. Il en a écrit pas moins de cinq avant de se lancer dans cette œuvre historique dont le sujet est la Grande Guerre, plus précisément, l'après-guerre de ceux qui ont miraculeusement survécu aux horreurs des tranchées et qui tentent de réintégrer  une société civile qui ne sait comment réagir face au retour de ces soldats qui ont défendu leur Patrie.
 
Nous sommes en novembre 1918, à quelques jours de l'Armistice. Parce qu'il souhaite sortir glorieux de ce conflit et s'assurer quelques lauriers supplémentaires, le lieutenant Henry d'Aulnay-Pradelle décide de lancer une dernière offensive, celle de la cote 113. Pour motiver ses hommes, las de cette guerre qui n'a que trop duré, Pradelle n'hésitera pas à tuer deux d'entre eux d'une balle dans le dos et à imputer ce crime aux allemands. Témoin de cette mise en scène, Albert Maillard va être enterré vivant par Pradelle dans un cratère. Maillard se voit mourir, jusqu'à ce qu'il soit sauvé par un de ses camarades, Édouard Péricourt, juste avant qu'ils ne se fassent souffler par un obus. Les deux amis seront blessés mais vivants lorsque la fin de la guerre sera sifflée. Le retour à la vie civile s'annonce difficile. Édouard défiguré par le tir d'obus n'envisage pas de rentrer chez lui. Albert qui se sent redevable envers ce dernier décide de l'aider à changer d'identité en usurpant celle d'un poilu mort au combat. C'est donc ensemble que les rescapés tenteront de réintégrer tant bien que mal, la vie civile. Très vite, ils vont comprendre à leur dépends que leur pays ne peut rien pour eux. Désarmés, condamnés à l'exclusion, mais refusant de céder au découragement et à l'amertume, les deux hommes, que le destin a réunis, imaginent alors une escroquerie d'une audace inouïe et d'un cynisme absolu.
 
Avec Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre nous livre une fresque teintée de malice et de noirceur en mettant en scène deux rescapés qui se retrouvent dans une France plus soucieuse d'honorer ses morts que de s'occuper de ses survivants. Il dénonce l'abandon des vétérans rentrés au pays sans rien si ce n'est qu'avec une vieille vareuse militaire reteinte à la hâte, la gueule abîmée, les mains tremblantes et accros à la morphine pour atténuer leurs souffrances. Il dénonce les petits arrangements et autres magouilles entre les bourgeois et autres parvenus du Paris du début du vingtième siècle qui ne pensent qu'à exploiter le fameux devoir de mémoire en utilisant leur statut social et leurs soutiens politiques dans le seul but de s'enrichir et de profiter de tous les avantages que leur statut leur procure. Deux mondes que tout oppose et pourtant qui vont se rejoindre autour d'une arnaque.
 
Au revoir là-haut est un grand roman que son auteur qualifie à juste titre de populaire. Un roman non pas de piètre qualité littéraire, loin de là, mais un roman écrit pour le plus grand nombre. L'écriture de Pierre Lemaitre est simple, sans être simpliste, le style est rythmé, efficace, impeccable. A n'en pas douter, c'est un auteur qui sait conter. Il a le sens de l'humour et de la tragédie, il fait la part belle à l'action, au rebondissement, en n'oubliant jamais pour autant de soigner la psychologie et la restitution de l'époque. Ce roman est digne des grands auteurs à tel point que l'on a l'impression de lire du Balzac, du  Zola, du Dumas, du Hugo. Au revoir là-haut c'est un peu tous ces auteurs à la fois...

Alors si vous avez aimé La chambre des officiers de Marc Dugain, Les âmes grises de Philippe Claudel, vous devez absolument lire Au revoir là-haut avant d'aller le voir au cinéma puisque ce roman a été adapté par Albert Dupontel. Et si d'aventure il était besoin de vous réconcilier avec le Goncourt, je ne peux que vous inciter davantage. Pierre Lemaitre a bien fait de faire des infidélités au genre polar, il a réussi à faire rimer littérature populaire avec littérature tout court, pour notre plus grand plaisir. Et pour ma part, je m'en vais découvrir les polars de Pierre Lemaitre.

Belle lecture à tou(te)s !