samedi 28 mai 2016

Mon avis sur "Enfant, je me souviens..." un recueil collectif au service d'une belle cause

L’UNICEF France et Le Livre de Poche se sont associés pour permettre aux 124 millions d’enfants actuellement non scolarisés dans le monde de sortir de la pauvreté et de se construire de meilleures chances d’avenir. Agir en faveur de l'éducation des enfants, voici un projet généreux et ambitieux qui mérite toute votre attention. 

L'UNICEF France et Le Livre de Poche ont réuni pas moins de dix-sept grands noms de la littérature et de la culture francophones et leur ont demandé d'écrire sur le thème : Un souvenir de l'enfance. Résultat, dix-sept auteurs, dix-sept textes et un joli recueil, Enfant, je me souviens... 
Comme l'indique si bien Catherine Dolto en préface, les souvenirs sont indispensables parce que constitutifs de notre identité. Les expériences, les émotions, les évènements, les rencontres se déposent au plus intime de nous-mêmes pour former un humus affectif. Les anecdotes que nous appelons souvenirs d'enfance sont pour nous des repères. Ils constituent à la fois nos archives et nos annales. Parfois d'une grande banalité, ils n'en restent pas moins essentiels.  Ils donnent du sens à notre vie telle que nous voulons qu'elle soit ou que nous croyons qu'elle soit. Alors qu'ils soient vrais ou faux, quelle importance, tant qu'ils existent.

Enfant, je me souviens réunit Agnès Abécassis, Isabelle Autissier, Laurent Binet, Didier van Cauwelaert, Maxime Chattam, Matthieu Chedid, Philippe Claudel, Jacques Expert, Jean-Louis Fournier, Hélène Grémillon, Philippe Grimbert, Alain Mabanckou, Oxmo Puccino, Romain Puértolas, Tatiana de Rosnay, Eric-Emmanuel Schmitt et Sigolène Vinson. 
Ce recueil de nouvelles met en scène des souvenirs intimes ou fictifs. Il nous emporte dans des univers aussi différents les uns que les autres, dans des lieux divers et variés. De la Bretagne à la banlieue, en passant par la plage de Vieux-Boucau, au cœur de New-York ou encore de Louboulou, un petit village dans le sud du Congo-Brazzaville, nous voici voguant sur la mer, au cœur des problèmes d'intégration au sein des banlieues, à la rencontre de célébrités, à la célébration de coutumes, nous assistons à la naissance de vocations, à l'émerveillement d'un enfant devant la reconstitution fidèle de la bataille de Hoth dans un magasin de jouets, etc... Autant d'histoires rocambolesques variées alternant fiction, humour ou suspense.  
Pour apprécier ce recueil de nouvelles, il faut aimer les histoires courtes. La variété des auteurs et des styles est telle qu'il y en a pour tous les goûts. Enfant, je me souviens se lit en toutes circonstances, partout, dans les transports, la salle d'attente de votre médecin, en faisant la queue à la caisse ou à la station-service... Édité en format poche, il prend peu de place, compte 192 pages, coûte 5 € et pour chaque exemplaire vendu, 1,50 € est reversé à l’UNICEF. Alors pour faire une bonne action, se faire et/ou faire plaisir, on n'hésite plus, on achète ce recueil inédit de nouvelles.
Et je médite à celles et ceux, de par le monde, qui n'ont pas ce privilège.
Lire.
"La dernière lecture" - Maxime Chattam (p.57)
Belle lecture et tous mes remerciements au Livre de Poche pour leur confiance renouvelée !