mardi 6 octobre 2015

Mon avis sur "La vie est facile, ne t'inquiète pas" d'Agnès Martin-Lugand

L'aventure de mon blog littéraire a commencé avec le second livre d'Agnès Martin-Lugand, Entre mes mains le bonheur se faufile. Ce livre m'ayant plu, je m'étais promis de lire son premier roman, vendu à plus de 300 000 exemplaires, Les gens heureux lisent et boivent du café. J'avais été emportée dans le tourbillon de la vie de Diane. Mais au bout de 187 pages, il m'a fallu la laisser. Une suite était annoncée. Elle s'incarne dans ce titre qui en dit long, La vie est facile, ne t'inquiète pas.

Voici un an que Diane est rentrée d’Irlande. Elle a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, aux Gens heureux lisent et boivent du café, son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car Diane sait qu’elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille. Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s’effondrer les unes après les autres. Aura-t-elle le courage d’accepter un autre chemin ?

Encore une fois, Agnès Martin-Lugand aura réussi à m'emporter dans son univers ou plutôt dans celui de Diane. On retrouve l’héroïne derrière le comptoir de son café littéraire avec plaisir, prête à affronter la vie et à tourner la page.  Enfin presque. Parce que si elle parvient à faire le deuil de son mari, il n'en n'est pas de même de sa petite Clara. Et oui, derrière ce joli titre, La vie est facile, ne t'inquiète pas, c'est bien du deuil dont il est encore question. D'abord celui d'une maman, puis celui d'une fille. Pas facile de vivre quand son enfant unique a été emportée, de croiser d'autres enfants, voire de ressentir des sentiments pour eux. Pas évidemment de surmonter le deuil de celle qui vous a adoptée dans son cœur, vous considérant comme sa propre fille. Mais après tout, la mort ne fait-elle pas partie de la vie ? Et Scott Peck, célèbre psychiatre ne commence t-il pas son livre Le chemin le moins fréquenté en déclarant "la vie est difficile". Oui la vie est tantôt difficile, tantôt facile, mais toujours belle au bout du compte.

La vie est facile, ne t'inquiète pas est un roman tantôt triste, tantôt gai, mais toujours touchant et sensible. Il se lit avec émotions. Alors oui, certains n'y verront qu'une romance un peu mièvre. Peut-être. Mais La vie est facile, ne t'inquiète pas, fait du bien. Et c'est déjà ça ! 
Et côté écriture, le style d'Agnès Martin-Lugand reste fluide et léger, ce qui rend la lecture de ce livre agréable. Si La vie est facile, ne t'inquiète pas n'est pas de la grande littérature, je le reconnais bien volontiers, c'est un véritable page-turner que l'on lit avec plaisir et qui apporte une véritable bouffée d'air frais. Rien que pour ça, il mérite qu'on lui consacre quelques heures et puis pour finir cette chronique, je citerais les propos de Diane concernant les lectures de ses clients.
"J'avais voulu que Les Gens deviennent un lieu convivial, chaleureux, ouvert à tous, où toutes les littératures trouvaient leur place. Je voulais conseiller les lecteurs en leur permettant de se faire plaisir, de lire les histoires dont ils avaient envie, et ce sans avoir honte. Peu importait qu'ils veuillent  lire un prix littéraire  ou un succès populaire,  une seule chose comptait : que les clients lisent, sans avoir l'impression d'être jugés quant à leur choix. La lecture avait toujours été un plaisir pour moi, je souhaitais que les personnes qui fréquentaient mon café le ressentent, le découvrent et tentent l'aventure pour les plus réfractaires. Sur mes étagères, toutes les littératures se mélangeaient ; le polar, la littérature générale, le roman sentimental, la poésie, le young adult, les témoignages, les best-sellers et les titres plus confidentiels. 
La littérature n'est-ce pas cela ? Il est clair que si j'avais mon café littéraire (un vieux rêve pour ma part), vous y trouveriez sur les étagères La vie est facile, ne t'inquiète pas. Alors lisez-le et ne jugez surtout pas ceux qui l'ont aimé ou pas. 

Enfin, j'aurai été complète lorsque j'aurai indiqué aux inconditionnels Des Gens qu'une adaptation au cinéma est en cours.

Alors en attendant de découvrir qui incarnera les personnages, bonne lecture !