mercredi 3 juin 2015

Mon avis sur "L'empereur c'est moi" d'Hugo Horiot

« L’empereur c’est moi » est l’autoportrait de Hugo Horiot. A six ans, Hugo a tranché la gorge de Julien. Julien est mort !  Hugo est alors né pour devenir le roi de son corps et de son esprit.
Hugo Horiot a été un enfant autiste Asperger. Plongeant dans sa mémoire, il raconte sa souffrance d’avoir été différent, son refus de parler, son désir d’avoir voulu être un autre jusqu’à changer de nom. Au fil des chapitres, il nous entraîne avec lui. Il a quatre ans, huit ans, douze ans. Il a peur. Il se cogne à l'absurdité de la vie comme un papillon contre une lampe. Il est parfois cruel. À travers ce témoignage, il nous fait part de ce qui se passe dans la tête d’un enfant autiste extrêmement intelligent, ses obsessions, ses angoisses, son regard sur notre monde et la guerre sans merci qu’il mène contre lui-même et contre les autres.
 Avec « L’empereur c’est moi », Hugo Horiot, comme le fit avant lui sa mère Françoise Lefèvre dans son livre le Petit Prince Cannibale, a voulu partager sa souffrance et nous faire comprendre ce qu'enfant il a pu ressentir. Il raconte ce qu'il a vécu, il nous fait entrer dans sa tête et nous explique l'autisme, son cheminement et comment peu à peu il a voulu et réussi à s'en sortir. Ce livre est un joli témoignage, sensible et poignant sans jamais être larmoyant.
Intelligemment écrit, souvent très drôle, « L’empereur c’est moi » est un véritable hymne à la vie. 
Julien, je te hais. Tu es trop grand et trop gros pour retourner dans le ventre de maman et trop petit pour aller au centre de la terre. Tu m'encombres, tu me bloques. Je ne peux rien faire avec toi. Je dois prendre des mesures. Faire des réformes. Je ne peux pas rester là avec toi, et pourtant je suis bloqué ici à cause de toi ! Il faut que ça change ! Oui, il faut du changement. Il faut que quelque chose se passe. Il faut partir, que tu partes de moi. (p.62)
« L’empereur c’est moi » a beau être un témoignage poignant, un livre agréable à lire dont on ressort grandi, il n'a, de mon point de vue rien d'un prix littéraire. Dès lors, je ne cesse de m'interroger. Pourquoi a-t-il été sélectionné pour concourir dans la catégorie littérature du prix des lecteurs du Livre de Poche ?

Qu'Hugo Horiot me pardonne, je ne voterai pas pour son joli témoignage, mais je vous en conseille la lecture.


Bonne lecture !