jeudi 4 juin 2015

Mon avis sur "Conte d'hiver" de Mark Helprin

"Conte d’hiver" de Mark Helprin a été adapté au cinéma par Akiva Goldsman sous le titre "Un amour d'hiver".   D'après les critiques, le film -que je n'ai pas vu- a laissé son public de glace... Qu'en sera t-il du livre ?
 
"Conte d'hiver" commence sous la neige, un matin tranquille, dans les rues de New York. Un cheval blanc échappé de son écurie de Brooklyn trotte vers Manhattan. Son chemin va croiser celui d’un homme en fuite… Conte d'hiver est une ode à la ville que l'on traverse comme le temps, où l'on se promène à la fin du XIXe siècle et autour de l'an 2000. C'est un New York fantasmé, peuplé de personnages étranges et fascinants : un cheval qui vole, un tatoueur orphelin, une femme amoureuse des mots, un gang féroce et des hommes qui rêvent d'une ville parfaitement juste. C'est aussi l'histoire d'un amour fou entre un voleur magnifique et une jeune fille fortunée qui, pour s'aimer, devront braver les conventions sociales et les limites de la mort. Selon la quatrième de couverture, il y a la folie, le rêve, le fantastique, le comique, l'invention poétique dans "Conte d'hiver".
Pour ma part, j'y ai surtout rencontré l'ennui. Et oui, je ne me suis pas laissée emporter dans cette histoire décousue. Alors ce pavé de 999 pages m'est tombé des mains. Je l'ai laissé là où il a atterri. Finalement ce n'est pas dramatique, il y a tant de livres à lire. J'en lirai d'autres qui m'emporteront à New York ou ailleurs.

Bonne lecture !