jeudi 4 juin 2015

Mon avis sur "Chroniques de la débrouille" de Titiou Lecoq

"Chroniques de la débrouille" est l'histoire romancée et adaptée du blog de Titiou Lecoq http://www.girlsandgeeks.com/. Elle y raconte sans ambages le quotidien de toute une génération.
Comment survivre à une rupture amoureuse ? Comment s'insérer dans une société qui, clairement, n'attend pas les bras ouverts un bac + 5 de  sémiologie ?... En adoptant une technique de survie simple : la débrouille. Dans ce journal de bord hilarant se dessine la vie au jour le jour d'une jeune femme d'aujourd'hui, trentenaire, qui passe sa vie entre les boulots, les cartons, ses amis précieux et les histoires ratées. Incapable de survivre sans télé ni ordi, elle doit aussi faire face aux nouveaux  rapports hommes-femmes : on discute, on boit, on couche. Le lendemain, on se réveille et on réfléchit. On ne badine pas avec l’amour, ni avec le porno. Un beau jour un enfant naît, et on découvre la vie à trois. 

Vif, drôle, parfois trash, souvent cash ce livre, "Chroniques de la débrouille"  fait du bien et m'a fait rire. Il a un je ne sais quoi (ou plutôt, si je sais quoi...) d'une certaine Bridget Jones. Sympathique, frais et léger comme une brise d'été, voilà ce qu'est "Chroniques de la débrouille". Jugez plutôt :
Théorie sur le sexe n°2 : les chaussettes
Comme j'ai décidé d'élargir mon activité sexuelle à autre chose qu'un tête-à-tête avec mon ordi en incluant d'autres êtres humains, je suis en mesure de vous faire profiter d'une remarque de la plus haute importance : il y a un tabou de la chaussette.
Dans la vraie vie, ça se passe comment ? Vous commencez par vous embrasser fougueusement, vous enlevez des épaisseurs en haut, puis vous faites valser les chaussures. Un enlèvement rapide des chaussures est crucial -à ce titre, les Converse sont un handicap très net, comme j'ai récemment pu le constater. Surtout quand vous avez 8 ans d'âge mental comme moi et que vous faites des doubles nœuds à vos lacets. Les chaussures envoyées en travers de la pièce, les pantalons ne tardent pas à les rejoindre. Et là, vous vous trouvez donc en chaussettes. (p.52, 53)
La génération Y ça vous parle ?
Non ?
Alors c'est que comme moi, vous êtes de la génération X. Non cela n'a rien de porno. C'est juste que vous êtes né(e) entre 1965 et 1977. La génération Y c'est celle qui suit. De 1978 à 1994.


Et bien voilà, Titiou Lecoq dans "Chroniques de la débrouille" nous narre la vie de la génération Y. Les jobs alimentaires sans intérêt, les ruptures  amoureuses, les appartements pourris et mal insonorisés, les Chocapic, la maternité, sans compter ses théories sur le sexe. Bref, les préoccupations de toute une génération, de toutes les générations. Et oui, que vous soyez de la génération X ou Y, XX ou XY "Chroniques de la débrouille" n'a rien d'une autobiographie qui ne concernerait que son auteure et ses cercles. Non, "Chroniques de la débrouille" raisonne. On s'y retrouve tous (et je dois bien l'avouer, j'ai également 8 ans d'âge mental avec mes Converse...).
Pour autant et bien que très sympathique, jamais ô grand jamais, je n'aurai sélectionné ce livre dans le cadre d'un prix littéraire. Non, ce livre malgré toutes les ondes positives qu'il véhicule n'a rien d'une œuvre littéraire. Encore une fois, comprenez-moi bien, ce n'est pas Titiou Lecoq qui est en cause. Pas du tout ! C'est juste que s'agissant d'un prix littéraire, je m'attendais à autre chose de beaucoup plus... euh... littéraire tout simplement. Alors même si je ne voterai pas pour "Chroniques de la débrouille", je vous en conseille la lecture. L'été prochain sur la plage, vous verrez, il vous rafraîchira.

Bonne lecture !