mercredi 29 avril 2015

Et dire qu'il me faut faire un choix...


Il y a 70 ans, jour pour jour, les femmes votaient pour la première fois. Bien qu'il ne s'agisse pas d'élections politiques, il me reste 24 h pour m'exprimer sur la sélection du mois d'Avril du Prix des lecteurs 2015.

3 romans,  3 déceptionsfaut-il vraiment voter ?

N'étant pas une adepte de l'abstention, je vais exercer mon droit de vote, même si de mon point de vue aucune des propositions de ce mois-ci ne peut prétendre à un quelconque prix littéraire.

Pour mémoire, les romans sélectionnés :
  1.  "L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa" de Romain Puertolas,
  2. "L'empreinte de toute chose" d'Elizabeth Gilbert, 
  3. "L'enfant de l'étranger" d'Alan Hollinghurst (Prix du meilleur livre étranger en 2013).

Si le mois dernier j'ai aimé les trois romans sélectionnés, ce mois-ci il me faut voter par dépit. Si je m'écoutais, je m'abstiendrais, mais question de principe...

Ainsi que je l'ai dit et écrit, le seul coup de maître de "L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea", c'est son titre. C'est dire !  Le roman de Romain Puertolas ne peut nullement prétendre à un quelconque prix littéraire et n'a même, de mon point de vue, rien à faire dans une sélection. Quant à voter pour lui, c'est évidemment hors de question.

Bien qu'intéressant, "L'empreinte de toute chose" d'Elizabeth Gilbert n'est pas un roman exceptionnel. Il ne remportera pas le prix des lecteurs. Il y a  trop de longueurs et l'écriture ne nous emporte pas. Néanmoins, l'auteure est une formidable conteuse, elle nous embarque dans l'univers de la botanique, elle nous fait voyager non seulement à travers le monde, mais également à travers le temps  (de 1776 à 1883). Et au vu des autres romans sélectionnés ce mois-ci, c'est déjà énorme !

Quant à "L'enfant de l'étranger" d'Alan Hollinghurst, je ne suis pas parvenue au bout de ce pavé de 765 pages qui m'est tombé des mains à la 287ème. Ce livre a beau avoir reçu le Prix du meilleur livre étranger en 2013, il n'en demeure pas moins qu'il est d'une lenteur à mourir et inintéressant au possible. Il est évidemment inenvisageable de voter pour un tel ennui.

C'est donc par dépit, que ce mois-ci je vais voter pour "L'empreinte de toute chose" d'Elizabeth Gilbert.
Même s'il a un arrière goût  du
roman de Tracy Chevalier "Prodigieuses créatures", il ne l'égale pas. Loin de là ! Mais c'est finalement le roman le moins pire de la sélection qui nous était proposée.

Au vu de ces déceptions, je m'interroge quant à la manière dont les romans sont sélectionnés. Il y a tant de bons livre que ça en est incompréhensible.
Quant aux livres primés, si j'avais encore un doute, j'en suis convaincue. Un prix littéraire ne fait pas d'un roman un bon roman. Question de subjectivité, me direz-vous. Au vu de mon expérience, je vous répondrai, pas que...


La bonne nouvelle c'est qu'Avril tire à sa fin, j'ai hâte de tourner la page et de découvrir les quatre nouveaux romans de la sélection de Mai.

Bonne lecture !