vendredi 13 février 2015

Et si on rappelait la définition du mot "Ami" ?

Depuis le début de ce mois, à Béziers, la police municipale est armée.
Pour le faire savoir, le maire frontiste, Robert Ménard, n'a rien trouvé de mieux que de l'annoncer de manière totalement provocante. 
Jugez plutôt...

Afficher en gros plan sur les panneaux publicitaires de la ville un pistolet avec un écusson tricolore sur la crosse avec l'accroche suivante : "Désormais la police municipale a un nouvel ami", "Armée 24h/24, 7j/7".

Qu'est-ce donc si ce n'est de la provocation ?
 
Outre l'affiche qui, de mon point de vue, est d'une extrême violente, ce qui me choque le plus, c'est de qualifier d'ami un pistolet.  

Un pistolet peut-il être un ami ?
Des ami(e)s j'en ai, mais des comme ça, non. Et pour être franche, pour rien au monde je n'en voudrai...

J'ai voulu vérifier la définition du mot "ami", ai ouvert mon encyclopédie. Je vous la livre :
ami, ie (n.) : Celui avec qui on est lié d'une affection réciproque.
Syn. : camarade, compagnon , allié.
Familier, ami, amie, se dit quelquefois pour amant, maîtresse.
Dans le langage ordinaire, on emploie ce mot à propos de toutes les liaisons familières fondées sur quelque motif que ce soit, et quel que soit le degré d'attachement qui les maintient. Ami d'enfance, ami d'école...

Face à la polémique que n'a pas maqué de soulever cette campagne de communication, R. Ménard a déclaré aujourd'hui que "Cette affiche est rassurante pour les Bitterrois qui savent qu'ils ont une police à leur disposition, une police qui est armée. Et cette affiche est rassurante pour les policiers aussi".

Porter une arme est-ce réellement rassurant ? 
De plus, les policiers municipaux doivent-ils être rassurés de savoir que leur maire considère que leur pistolet est leur nouvel ami ? 

Mais quelle irresponsabilité de communiquer de la sorte et surtout de faire de telles déclarations pour se justifier.

Non, on ne peut pas affirmer qu'être armé est rassurant, sauf à vouloir faire l'apologie des armes... 
Et non, les policiers municipaux de Béziers ne se prennent pas d'affection pour leur pistolet (je cherche encore la réciprocité...).

Décidément, une telle opération de communication est irresponsable. 
Elle l'est doublement d'ailleurs car qu'elle a un coût. Et à l'heure où les collectivités voient leurs dotations diminuer, il aurait été plus judicieux de consacrer cette dépense de communication à autre chose de plus utile !