mercredi 14 janvier 2015

Mon avis sur "La faiseuse d'anges" de Camilia Läckberg


Dans ce huitième volet de la série, Camilia Läckberg aura t-elle réussie à me surprendre ?
Et bien, pas vraiment...

Pâques 1974. Sur l’île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de traces. La table du dîner est soigneusement dressée, mais tous se sont volatilisés, à l’exception de la fillette d’un an et demi, Ebba.
Sont-ils victimes d’un crime ou sont-ils tous partis de leur plein gré ?
L’énigme ne sera jamais résolue.
Des années plus tard, Ebba revient sur l’île et s’installe dans la maison familiale avec son mari.
Les vieux secrets de la propriété ne vont pas tarder à ressurgir…
Voici pour le synopsis...


Comme les volets précédents (je les ai tous lus), rien de nouveau côté construction de l’énigme.
L'auteure reprend la recette qui fonctionne depuis 2008. Elle alterne toujours présent et flashblack.
Certes cette technique rythme l'histoire, mais du coup lui donne aussi un air de réchauffé et finalement ne surprend plus le lecteur.
C'est tellement vrai qu'en lisant ce huitième volet, j'ai cru l'avoir déjà lu !

En clair, Erica Falck et  Patrik Hedström, bien que restant attachants, deviennent prévisibles, voire Erica commence à m'agacer...
Je pense qu'il est temps que Camilia Läckberg se renouvelle.
Quoi qu'il en soit, ce livre se lit très facilement.

Alors, si vous cherchez un livre pour vous détendre, lisez-le.
En revanche, si vous voulez un livre qui vous transporte, passez votre tour !


Bonne lecture à tou(te)s !